Revalorisation dans l'aide à domicile : L'AD-PA formule des propositions complémentaires

"Un premier pas qui en appelle d’autres"

Publié le 22 octobre 2020
Revalorisation dans l'aide à domicile : L'AD-PA formule des propositions complémentaires

Le contexte :

Par amendement au PLFSS le gouvernement propose de débloquer 150 millions en 2021 (puis 200 millions à compter de 2022) pour revaloriser les salaires des professionnels exerçant en service à domicile.

Cela constitue un premier pas, mais celui-ci doit en appeler d'autres, dans la mesure où cette hausse est nettement insuffisante.

L'AD-PA tient, en effet, à attirer l'attention sur la situation extrêmement dégradée que continue de vivre les professionnels des services à domicile, alors qu'ils font front contre le coronavirus depuis la première heure.

Il y a plus de 2 ans et demi, début 2018, l'ensemble des organisations syndicales et l'AD-PA tiraient la sonnette d'alarme à l'occasion de journées de grèves inédites dans ce secteur pour dire que ce dernier était proche du point de rupture.

Ce point de rupture est aujourd'hui atteint avec des désaffections de plus en plus nombreuses de salariés allant vers des reconversions professionnelles pour quitter ce secteur d'activité, en raison des conditions de travail dégradées et des perspectives de carrière réduites en raison notamment des faibles rémunérations. La responsabilité de cette désaffection est imputable à l'État et les Départements qui respectivement agréé la principale convention collective et fixe les tarifs annuels des services.

Le constat est partagé par l'ensemble de la profession (professionnels des associations, de la fonction publique territoriale et hospitalière, et des entreprises) : statuts inadaptés, horaires coupées, SMIC à vie...

Enfin, si l'État a mis en place des mesures permettant de lever certaines des difficultés matérielles et financières auxquelles les professionnels des établissements sont confrontés, il n'en est toujours rien pour ceux des services à domicile : dotations en masques et gants indispensables et des surcoûts dus à la gestion de la crise non pris en charge.

Au-delà de la question des revalorisations salariales, le secteur de l'aide à domicile doit donc connaitre rapidement de nouvelles avancées pour créer de nouvelles vocations et permettre de renforcer l'accompagnement des personnes âgées vulnérables, à l'aune du Laroque de l'Autonomie.

Les propositions de l'AD-PA :

Il y a urgence à mettre en œuvre au sein du secteur de l'aide à domicile des mesures équivalentes à celles récemment engagées au sein des établissements :

  • Assurer l'effectivité du versement de la prime COVID dans tous les départements et à hauteur de celles des établissements

  • Accorder des revalorisations salariales équivalentes à celles des salariés des établissements, tout statut confondu

  • Agréer dans l'immédiat les avenants 43 et 44 de la convention collective de la branche de l'aide à domicile pour impulser une dynamique à l'ensemble du secteur

  • Prendre en charge les surcoûts matériels et RH dus à l'épidémie

  • Mettre fin aux jeux de pouvoir entre État et Département

  • Mettre en place un financement pérenne du secteur (30 €)

  • Mettre en place un dispositif de formation initiale et continue avec le concours des Conseils régionaux

Les données chiffrées :

Les données chiffrées :


FERMER