Les tenues des étudiants en soins infirmiers désormais fournies et entretenues gratuitement

La FNESI se félicite d'avoir été entendue

Publié le 08 septembre 2020
Les tenues des étudiants en soins infirmiers désormais fournies et entretenues gratuitement

Depuis 20 ans, la FNESI alerte les pouvoirs publics sur les conditions de stage difficiles des 96 000 Étudiant·e·s en Soins Infirmiers (ESI) et en Pratique Avancée (EIPA). Alors que l'équipement de protection individuelle de l'étudiant·e est indispensable sur tous les terrains de stages, les ESI & EIPA sont contraint·e·s d'assumer seul·e·s le coût de l'achat et de l'entretien des tenues professionnelles pouvant s'élever jusqu'à 205€. Cette dépense exacerbe la précarité étudiante déjà criante que subit la grande majorité des étudiant·e·s en sciences infirmières.

La crise sanitaire traversée a mis en lumière ces irrégularités allant même parfois jusqu'à mettre en danger l'étudiant·e participant à l'effort collectif. L'enquête Crise du COVID-19 : Pas de retour à la «normale» ! révèle que «53% des ESI & EIPA mobilisé·e·s ont été contraint·e·s d'entretenir leurs tenues professionnelles à leur domicile». En pleine pandémie, ce sont plus de 43 000 étudiant·e·s en sciences infirmières qui ont, malgré eux·elles, accentué la propagation du virus.

La FNESI a porté et défendu au cours du Ségur de la Santé la mise à disposition et l'entretien gratuit des tenues professionnelles par les établissements de santé. Le 7 septembre 2020, les Ministères de tutelle se saisissent enfin de cet enjeu de santé publique par la publication d'une note d'instruction à l'attention des établissements d'accueil en stage. Alors même qu'une recrudescence de l'épidémie de la COVID-19 est avérée et dans l'intérêt de l'ensemble de la population, la FNESI appelle au strict respect de ces mesures.

Cette victoire garantit la sécurité des étudiant·e·s en sciences infirmières en période de stage mais aussi celle de leurs proches et des patient·e·s pris·e·s en soins.

La FNESI s'assurera de l'application de ces nouvelles directives sur l'ensemble du territoire. Cette avancée ne doit pas être une finalité face à un mal-être des ESI & EIPA en aggravation : d'autres actions précises, concrètes et à la hauteur des attentes des étudiant·e·s en sciences infirmières doivent être entreprises.


FERMER