les centres de santé offrent des avantages à la fois aux patients et au personnel médical.


Marielle Trabant, directrice du Pôle Soins de Premiers Recours à la Mutualité Française Champagne-Ardenne SSAM nous éclaire.
les centres de santé offrent des avantages à la fois aux patients et au personnel médical.

Centres de santé : « S'unir pour offrir une réponse de proximité au patient »


En fort développement ces dernières années, les centres de santé offrent des avantages à la fois aux patients et au personnel médical.

Zoom sur les atouts de cette solution aux côtés de Marielle Trabant, directrice du Pôle Soins de Premiers Recours, à la Mutualité Française Champagne-Ardenne SSAM.

La Rédaction

Pouvez-vous nous résumer ce qu'est la Mutualité Champagne Ardennes SSAM ?

Marielle TRABANT

« SSAM », ces quatre lettres très importantes signifient Service de Soins et d'Accompagnement Mutualiste. Il s'agit d'une entreprise privée à but non-lucratif. Elle reçoit des patients et promeut des soins de premier recours. Le SSAM exerce au total 10 métiers différents et propose des services de soins et d'accompagnement mutualistes. Nous gérons à la fois des centres de santé, des EHPAD, de l'hospitalisation à domicile ou encore des soins infirmiers à domicile. De même, une plateforme d'accueil pour les malades d'Alzheimer ainsi qu'un centre d'hébergement et de réinsertion sociale. Parallèlement, nous gérons également des activités plus « marchandes » telles que pharmacies, magasins d'optique et d'audition.

En définitive, le SSAM offre un véritable panel de services qui relèvent d'une partie juridique du code de la mutualité. Mais attention, nous sommes différents d'une mutuelle ! Nous ne sommes pas une complémentaire de santé. Nous proposons des soins accessibles à tous, et pas uniquement aux patients couverts par telle ou telle mutuelle.

La Rédaction

Combien de centres de santé ont été déployés en Champagne Ardenne ?

Marielle TRABANT

Aujourd'hui, dans notre région, 16 centres de santé ont été déployés sur les 4 départements de la Champagne-Ardenne : 8 dans les Ardennes, 2 dans l'Aube, 3 en Haute-Marne et 3 dans la Marne.

La Rédaction

Aujourd'hui, on parle de plus en plus des maisons de santé et des centres de santé. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu'est précisément un centre de santé ?

Marielle TRABANT

Le centre de santé propose en un même lieu différents soins de médecine de ville. C'est une structure de proximité installée là où vit la population. C'est à dire, en cœur de ville ou en zone dite plus rurale ou « prioritaire ». Le centre de santé est un lieu où se coordonnent les acteurs de santé en interne, mais aussi, en externe puisqu'il est ouvert sur l'extérieur. Ils développent en effet un partenariat avec les autres acteurs de santé sur son territoire, quel que soit leur statut : libéraux, hospitaliers ou personnel médico-sociaux.

La Rédaction

Les centres de santé sont-ils abordables pour les patients ?

Marielle TRABANT

L'une de nos caractéristiques est d'être accessible à la fois géographiquement et financièrement. En tant que centre de santé, nous pratiquons des tarifs dits « maîtrisés », donc en secteur 1 et sans dépassement d'honoraire. Depuis plusieurs années, nous permettons aux patients d'être dispensés d'avances de frais sur la partie complémentaire et la partie régime obligatoire, en pratiquant le tiers payant généralisé. Et ce, quelle que soit la spécialité : médecine générale, médecine spécialisée, soins bucco-dentaires etc.

De plus, nous travaillons de plus en plus sur des projets « hors les murs » en partenariat avec l'extérieur, quelle que soit la spécialité. Aussi bien à Vitry-le-François, à Reims que très prochainement à Bar-sur-Aube où sera ouvert un 17ème centre de santé à l'horizon septembre 2019.

La Rédaction

Quels problèmes constatez-vous au quotidien ?

Marielle TRABANT

Actuellement, nous voyons que les tensions sont partagées par tous, quel que soit le statut de l'entité. Par exemple, les tensions de démographie médicale, ou en terme d'attractivité d'un bassin de vie où il y a pourtant des habitants. L'offre devient de plus en plus compliquée. Avec les centres de santé, en unissant nos forces et nos atouts, on peut apporter une réponse la plus en proximité possible pour le patient.

La Rédaction

En quoi les centres de santé répondent-ils aux problématiques actuelles ?

Marielle TRABANT

L'essence même de ces maisons de santé est que sur un même plateau on peut profiter de plusieurs soins. D'un côté, les patients bénéficient de soins de qualité dans des locaux régulièrement rénovés où des professionnels formés en permanence prodiguent des conseils et des soins de santé personnalisés. Le personnel médical utilise quant à lui des équipements de pointe et suit des méthodes actualisées. Autre avantage pour le patient, la facilitation du parcours de soins. Car il trouve au même endroit : un médecin généraliste, un cardiologue, un pédiatre, une diététicienne ou comme à Reims, un pédopsychiatre. Toutes les informations médicales sont concentrées de façon très pratique dans un dossier patient unique et informatisé. La continuité de soins est également assurée. Si un médecin est absent, le relais est pris par un confrère le temps de cette absence. Idem pour le dentaire. Dans le centre de soins, le patient acteur est au cœur de la prise en charge, au centre des soins avec des professionnels de santé qui gravitent autour de lui, en fonction de ses besoins.

La Rédaction

Et du côté des professionnels de santé, quels sont les avantages ?

Marielle TRABANT

Les centres de soins apportent aussi un certain nombre d'avantages aux professionnels de santé. L'espace de travail proposé agit par exemple comme un facilitateur. C'est un cadre agréable où l'on peut coordonner sa pratique et où il n'y a plus de tâches administratives ou de secrétariat. Un dentiste y profite par exemple d'une assistante dentaire entièrement dédiée. De plus, pas besoin ici de recourir à des investissements financiers, que ce soit pour l'achat d'un fauteuil par exemple ou d'autres équipements médicaux. Le centre de soins offre, par ailleurs la possibilité de statuts diversifiés. Chez nous, les professionnels médicaux sont majoritairement salariés. Ce qui leur permet de travailler aux 35 heures (au lieu de 60/70 heures par semaine dans certains cabinets libéraux isolés). Toutefois, on peut avoir des statuts mixtes de type 50% salarié, 50% libéral. Nous sommes ouverts à la souplesse et à la mixité des statuts. Ce point peut s'avérer attractif pour les jeunes professionnels de santé. Mais aussi, pour les professionnels qui auraient déroulé leur carrière dans un autre endroit, sous un autre statut et qui souhaiteraient « se soulager » en optant pour le salariat en fin de carrière. Chez nous, les professionnels de santé ont un statut cadre sécurisant, des congés payés, une rémunération attractive liant une partie fixe et une partie variable, évoluant avec l'ancienneté. Ils travaillent au sein d'une équipe pluriprofessionnelle dans une structure qui permet de se concentrer réellement sur leur pratique médicale. De quoi mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle. A l'avenir, nous souhaitons encore développer de nouveaux outils, que ce soit du côté des centres de santé comme des EHPAD. Nous avons par exemple mis en place une expérimentation en télémédecine à Sedan. Dans le futur, nous allons aussi probablement expérimenter des pratiques infirmières avancées et il y aura davantage d'assistants médicaux pour la délégation de tâche.

La Rédaction

Ces centres de santé offrent-ils de la liberté aux professionnels de santé ?

Marielle TRABANT

Oui. Avec cette formule, le professionnel est libre de son organisation, le tout, dans son équipe. Cette notion de liberté est très recherchée tout comme la notion d'exercice pluri-professionnel.

La Rédaction

Quel est le profil des professionnels rejoignant vos centres de santé ?

Marielle TRABANT

Il y a à la fois des jeunes et des séniors. Depuis que j'ai pris mes fonctions il y a deux ans, je vois notamment de plus en plus de personnes en fin de carrière qui ont déroulé leur activité sur du libéral, avec tout ce que l'on sait en terme d'investissement personnel. Ils veulent désormais de concentrer sur les tâches médicales et se décharger des tâches administratives. Selon leurs besoins, ils optent pour un exercice 100% salarié ou mixte. L'exercice en centre de santé leur procure une sécurité en terme de couverture retraite ou maladie, de prévoyance etc.

La Rédaction

Comment sont recrutés les nouveaux arrivants ?

Marielle TRABANT

Ils proviennent de plusieurs « sources ». La plus classique, est celle du réseau. Je suis appuyée par un médecin coordinateur qui, outre l'animation interne entre médecins et la représentation à l'extérieur, m'accompagne sur les recrutements. Même chose pour le dentaire. D'autres nouveaux arrivants sont recrutés par des cabinets spécialisés.
Actuellement, plusieurs postes sont vacants au niveau dentaire notamment dans le sud de la Champagne Ardenne, en Haute-Marne et à Troyes. Néanmoins, nous n'avons pas trop de turnover sur les bassins de vie. Certains secteurs sont réputés peu attractifs, mais il est important d'aller au-delà des clivages et des idées reçues !

La Rédaction

Quelles sont les relations des centres de santé avec les libéraux et les établissements de santé ?

Marielle TRABANT

Nous informons les libéraux de nos nouveaux projets. Si nous ouvrons un centre de santé, ils peuvent ainsi nous rejoindre ou rester en libéral, au choix. Par ailleurs, nous travaillons aux côtés des établissements de santé avec qui les liens sont forts et structurés. Par exemple, dans le cadre de l'ouverture du 16ème centre à Vitry-le-François en septembre dernier, nous avons travaillé « main dans la main » avec l'hôpital. Si bien qu'aujourd'hui, nous proposons des consultations avancées avec des professionnels de l'hôpital au sein même du centre de santé. Par exemple, un chirurgien orthopédique ou viscéral fait des vacations. La consultation de recours de ville est faite dans le centre de santé ce qui fait le lien avec le professionnel que le patient pourra retrouver à l'hôpital. Dans le même esprit, nous avons travaillé à Charleville-Mézières, Sedan, Vitry et Reims à un dispositif dédié sur le soin dentaire aux personnes en situation de handicap. Car ces soins ne leur sont pas toujours facilement accessibles.

Nous avons également développé des partenariats avec des établissements médico-sociaux et un dispositif « hors les murs ». Dans ce cadre, nos professionnels de santé tels que médecins ou dentistes se déplacent au sein d'établissements médico-sociaux accueillant des personnes handicapées ou des personnes âgées. Ils y organisent ou animent des ateliers de prévention et prodiguent des conseils pour bien manger ou pour bien prendre soin de ses dents. Au cours de ces ateliers, nos professionnels s'adressent à la fois aux personnes accueillies et au personnel de la structure. Ces derniers disposent ainsi de points de repère pour mieux organiser leur travail.

La Rédaction

On parle beaucoup d'ambulatoire, ou de parcours de soins dans le cadre de la réforme du système de santé. Selon vous, en quoi les centres de santé répondent aux besoins futurs des Français ?

Marielle TRABANT

On voit bien que dans un centre de santé le parcours de soins est largement facilité. Rien à voir avec le « parcours du combattant » que l'on a tous connu un jour ou l'autre, lorsqu'on a besoin par exemple, de consulter un cardiologue, puis un radiologue puis un anesthésiste ou autre. Lors des rendez-vous à l'hôpital, les temps d'attente sont alors plus ou moins longs et les allers-retours souvent contraignants. En particulier lorsque l'hôpital n'est pas en proximité immédiate du domicile ! Autant de démarches potentiellement compliquées... Les centres de santé, notamment lorsqu'ils sont polyvalents, permettent pour des soins dits de premiers recours. Ainsi, le patient, s'il le souhaite, peut prévoir plusieurs rendez-vous sur une même journée. Par exemple, on peut donc imaginer un rendez-vous à 9h chez le généraliste puis à 10h avec un cardiologue et à 11H avec un rhumatologue. Tous les professionnels sont réunis dans un même centre ce qui minimise les allers-retours ! Par ailleurs, nous faisons en sorte que les soins soient coordonnés. Les différents professionnels utilisent le même dossier informatisé pour chaque personne. Enfin, les centres de santé restent accessibles financièrement, car la succession de rendez-vous médicaux peut peser lourd dans le budget des ménages.

La Rédaction

Les centres de soins sont donc avantageux pour les patients et pour les professionnels de santé.

Marielle TRABANT

Oui. Les centres de soins correspondent parfaitement aux nouveaux besoins et ont une place privilégiée dans les nouvelles dynamiques que veut insuffler la Ministre de la Santé au sein des territoires. Les centres de soins ne sont pas promus individuellement mais font partie d'un ensemble d'acteurs de santé sur un territoire donné. Ce parcours de santé peut aussi se voir au niveau du territoire.

La Rédaction

Un dernier mot à nos lecteurs ?

Marielle TRABANT

Il faut retenir, surtout, que les centres de santé sont ouverts à tous. Trop souvent, on a cette fausse image de centres de santé réservé à quelques adhérents mutualistes. Au contraire. Nos centres accueillent n'importe quelle personne et sont accessibles à tous ! C'est un endroit à proximité du domicile et ouvert sur l'extérieur, pour un parcours de soins facilité en un seul et même lieu.

En savoir plus Publié le 29 novembre 2018

RÉAGISSEZ, COMMENTEZ, PARTAGEZ !





Actualité

Actualité

Suivez l'actualité de l'emploi et de la formation dans le secteur des métiers de le santé, du social et des SAP

FERMER