Le marché de l'imagerie médicale s'oriente vers un business model de la facturation à l'usage

« Les perspectives du marché de l'imagerie médicale à l’horizon 2023 - Percée de l’IA, transition vers un modèle serviciel et enrichissement de l’offre

Publié le 17 novembre 2020
Le marché de l'imagerie médicale s'oriente vers un business model de la facturation à l'usage

3 questions à Diane Michaud, chargée d'études senior du XERFI qui vient de publier une nouvelle étude :

« Les perspectives du marché de l'imagerie médicale à l'horizon 2023 - Percée de l'IA,
transition vers un modèle serviciel et enrichissement de l'offre »

Comment se présente l'après-crise pour le marché français de l'imagerie médicale ?

La crise sanitaire eu un impact contrasté sur le marché de l'imagerie médicale. D'un côté, l'activité des cabinets d'imagerie de ville a sérieusement décliné au premier semestre. De l'autre, les hôpitaux étaient monopolisés par l'afflux de patients et ont passé des commandes d'appareils pour effectuer des scanners et des radiographies du thorax. Ce qui a permis de soutenir l'activité des industriels tels que GE Healthcare et Siemens Healthineers pendant au moins les six premiers mois de l'exercice. Ces derniers ont en effet fait preuve de réactivité en fournissant en urgence des outils pour répondre à la multiplication des examens des patients Covid+. Le creusement du déficit de l'assurance maladie pourrait toutefois avoir des conséquences à plus long terme sur le financement des dépenses d'imagerie médicale. Dans ce contexte, le chiffre d'affaires de la filière française d'imagerie médicale de notre panel devrait reculer de 1,5% en 2020 avant de rebondir de 2% par an en moyenne d'ici 2023. Les commandes resteront en effet portées par de solides moteurs démographiques et technologiques (vieillissement de la population, prévalence des maladies chroniques...). Le potentiel de croissance sera notamment important sur le segment de l'image interventionnelle et de la médecine nucléaire dans le sillage de la diffusion de ces spécialités au sein de l'imagerie. Peu de données permettent d'estimer la taille du marché français. Sur la base d'une évaluation de la Cour des comptes réalisée il y a quelques années, on peut toutefois considérer que celui pèse environ 1 milliard d'euros (à comparer aux quelque 40 milliards du marché mondial d'équipements et de services d'imagerie médicale).

Quels sont les grands axes de développement des opérateurs ?

Contraints de composer avec un marché mondial aux perspectives dégradées, les industriels de l'imagerie médicale accélèrent la transformation de leur business model vers une logique servicielle. Celle-ci consiste à adopter une facturation à l'usage des appareils plutôt qu'à la vente afin d'améliorer la visibilité du cash flow à long terme, certains contrats portant sur une durée de cinq à plus de dix ans. Les opérateurs redoublent également d'efforts en matière de développement de solutions de traitement de données grâce à leurs investissements dans le big data et l'intelligence artificielle. Ces solutions visent à assister les radiologues dans la collecte, le traitement et l'interprétation des données d'imagerie toujours plus nombreuses et complexes. Pour défendre leurs positions face aux acteurs du numérique, les acteurs historiques de l'imagerie médicale se musclent en rachetant des entreprises technologiques ou en signant des partenariats. Guerbet s'est ainsi allié à IBM Watson Health pour développer une solution d'aide au diagnostic et au traitement de certains cancers à partir d'images de scanners et d'IRM. Soucieux de répondre à une demande croissante, tout en respectant les normes appliquées aux acteurs de la santé, les fabricants d'équipement d'imagerie investissement également régulièrement dans leur outil de production (extension et modernisation), même si la crise sanitaire pourrait retarder certains projets.

Comment s'organise le paysage concurrentiel du secteur dans l'Hexagone ?

Présents sur la quasi-totalité des produits et avec des positions fortes dans les équipements lourds (IRM et scanner), les groupes Siemens Healthineers (Allemagne), GE Healthcare (Etats-Unis) et Philips (Pays-Bas) dominent le marché mondial de l'imagerie médicale. Les Japonais Canon et Fujifilm occupent également des positions fortes au sein de la filière. Si aucun acteur français ne figure dans le top 10 mondial, quelques sociétés de taille intermédiaire ont réussi à se faire une place parmi les leaders sur le marché domestique. Il s'agit entre autres d'Acteon (radiologie dentaire), EOS Imaging (soins ostéo-articulaires et chirurgie orthopédique), DMS Group (radiologie, ostéodensitométrie, stéréo-radiographie et podologie) ou encore de Stephanix (radiologie) et Trixell (détecteurs radiologiques). Rappelons également que le Français Guerbet est le premier fournisseur de produits de contraste dans l'Hexagone avec plus de 20 références à son actif. Signalons également que le développement de solutions et d'analyse des données issues des examens d'imagerie médicale a rendu le jeu concurrentiel plus complexe et a intensifié la compétition entre les acteurs. Désormais, les fabricants d'équipements doivent composer avec de nouveaux entrants comme les géants de l'IT, les marketplaces cloud ou les fournisseurs de processeurs.


FERMER