"Et si VOUS étiez autiste ?" d'Anne Cossé - Un ouvrage qui donne un nouvel éclairage sur la diversité des profils qui relèvent du spectre de l'autisme

Interview d'Anne Cossé l'auteure de cet ouvrage qui regorge de témoignages, et qui dissipe bien des préjugés

Publié le 21 novembre 2021

https://www.louvejoyeuse.com/

La Rédaction

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs en quelques mots ?

Anne Cossé

Les mots qui me caractérisent le mieux sont l'éclectisme, la liberté et le partage de connaissances.

Mon parcours est qualifié d'« atypique ». J'ai une formation académique en école de commerce et école d'ingénieur, j'ai commencé mon parcours professionnel dans la banque d'affaire, puis j'ai bifurqué dans la formation (spécialité : interculturelle), puis l'acupression et l'écriture.

J'ai vécu et travaillé dans 8 pays, et voyagé dans une soixantaine. J'aime l'art, le décloisonnement, la fluidité, la bonne bouffe, l'humour noir, le courage, le désert et la nature sauvage, la lumière et les orages.

J'ai maintenant 57 ans, et j'ai plein de nouveaux projets dans ma besace.

La Rédaction

Quelle est l'origine de cet ouvrage « Et si VOUS étiez autiste ?

Anne Cossé

Je me suis toujours sentie en décalage profond avec le reste de la population : les activités, les centres d'intérêt, la façon de penser, de fonctionner, la sensibilité émotionnelle et des 5 sens. Tout ma vie j'ai cherché ma tribu, et j'ai compris à l'âge de 52 ans seulement que ma différence s'appelle l'autisme Asperger. Au début de ce processus de découverte, j'ai énormément interagi avec des autistes du monde entier (merci les réseaux sociaux), mais également avec des Zèbres, HQI/HPI, etc. Il m'est apparu très rapidement que de nombreux adultes autistes passent par cette phase inoubliable : découvrir le spectre grâce à des autistes, et faire l'expérience de cette connexion si fluide, si évidente.

J'ai voulu par cet ouvrage montrer aux adultes « atypiques » l'entrée de cette phase.

La Rédaction

A qui s'adresse votre livre ?

Anne Cossé

Ce livre s'adresse à tous les adultes qui se sentent en décalage avec la normalité cognitivo-sensorielle, afin de leur faire découvrir la piste du spectre autistique. S'ils s'y reconnaissent, c'est une possibilité de réponse et de solutions, le début de ce beau chemin.

Il s'adresse également aux personnes neurotypiques concernées par l'autisme dans leur vie, c'est-à-dire qui ont un proche (ou un collègue ou un client) autiste. Ces témoignages peuvent les aider à mieux comprendre cette personne, de l'intérieur. Mon livre reçoit beaucoup d'intérêt dans ce sens, plus que je ne m'y attendais. On parle des enfants autistes, mais pas des adultes. Les proches d'un adulte autiste n'ont aucune source d'information pour mieux comprendre et s'adapter.

Et plus généralement, il s'adresse à tous les neurotypiques, afin qu'ils comprennent leur impact sur nos joies et nos peines.

La Rédaction

Pourquoi avoir choisi la forme d'une mosaïque de témoignages ?

Anne Cossé

Pour plusieurs raisons.

D'une part je préfère le témoignage au discours descriptif (« les autistes sont comme ci, pensent comme ça »). Le témoignage est ancré dans le réel, le concret, le vivant. C'est la force de l'exemple, de l'expérience sur le théorique. Dans la même lignée que « un dessin vaut mieux que mille mots ».

D'autre part j'ai pensé que mon seul témoignage ne serait pas suffisant. Un seul parcours, une seule vie, mes seules pensées sont certes légitimes, mais le lecteur pourrait à juste titre se dire : « Oui, bon, mais ce qu'elle décrit ne concerne qu'elle, finalement, en quoi cela est-il applicable à mon fils/ma fille ? ». Avec un seul témoignage, comment faire la part entre ce qui reflète la personnalité et ce qui provient du câblage autistique ?

Et enfin, je voulais montrer l'universalité des manifestations de l'autisme. La culture, l'âge, la personnalité ont-ils une influence ? Y a-t-il des différences, des évolutions ? J'ai donc fait témoigner des autistes de plusieurs pays, de cultures différentes, de 20 à 70 ans. Le lecteur peut ainsi tirer ses conclusions de lui-même.

La Rédaction

En vous lisant le proverbe « qui se ressemble s'assemble » prend tout son sens ?

Anne Cossé

Oui ! Cela dit, un autre proverbe dit : « les contraires s'attirent »...

Mais oui, le ressenti général au sein de la communauté autiste est que ça fait sacrément du bien d'échanger entre nous. Même si parfois on se rembarre, et au-delà des différences naturelles communes à tous les êtres humains : caractère, valeurs, opinions, goûts, etc. Nous parlons de tout et de rien, nous partageons les blagues qui ne font rire que nous, nos interrogations sur ce monde étrange, nos tuyaux, nos bonheurs, nos chagrins, nos hauts et nos bas, nos recettes, nos succès, nos talents, nos anecdotes de la vie quotidienne.

Personnellement cela m'est indispensable.

La Rédaction

Il y a un avant et un après le diagnostic. Comment l'avez-vous vécu ?

Anne Cossé

La confirmation officielle, je l'ai vécue comme une joie immense. Un soulagement. La fin de ma quête. J'avais enfin la réponse, je n'avais plus à chercher.

S'en sont suivis plusieurs mois d'euphorie, et d'obsession au sujet de l'autisme ! Je me suis lancée dans une période d'activisme intense pour la reconnaissance de la neurodiversité. Puis j'ai retrouvé mon centre, un équilibre. En fait, bien que le diagnostic soit un jalon très positif, il faut quelques années pour digérer la nouvelle.

La Rédaction

Comment vivre avec cette « différence » ?

Anne Cossé

C'est comme vivre à l'étranger dans une culture complètement différente de la sienne. On apprend les us et coutumes, on apprend le langage, les codes. On s'adapte. On masque, aussi. Nous masquons les signes extérieurs de notre autisme : imiter les comportements neurotypiques, les sujets de conversation, essayer d'appliquer des codes sociaux même s'ils nous paraissent bizarres ou idiots. Masquer est un réflexe de survie, pour ne pas être ostracisé.

Côté positif, nous nous adonnons à nos passions, nos fameux « intérêts spéciaux » (on ne dit plus « intérêts restreints », qui est une expression négative et erronée). Nous jouissons de notre soif d'apprendre, de découvrir. De notre synesthésie, de notre imagination, de nos connexions cérébrales différentes. Ce sont des expériences intenses, auxquelles je ne renoncerais pour rien au monde.

La Rédaction

A qui s'adresser lorsque l'on suspecte d'être un adulte atypique qui pourrait relever du spectre de l'autisme ?

Anne Cossé

C'est une des questions abordées dans le livre. De nombreux autistes recommandent de se mettre en contact avec des autistes. C'est vraiment l'acte prioritaire. Ensuite, les suggestions varient.

La Rédaction

A vous lire, l'autisme révélé, c'est une nouvelle phase de vie qui commence ?

Anne Cossé

Oui.

On se comprend mieux, on s'accepte, on se pardonne ses « étrangetés » et ses difficultés pour les choses qui sont simples pour les neurotypiques. On apprend à s'aimer, et à écouter ses besoins. On comprend que ce ne sont pas des caprices mais de vrais besoins, et les respecter participe de notre équilibre nerveux et mental. Nos talents et notre potentiel sont là, variés et puissants. Il nous faut juste le bon terreau pour les faire croître. Ma liste des autistes célèbres (publiée sur mon blog) parle d'elle-même !

La Rédaction

Un dernier mot pour nos lecteurs

Anne Cossé

Oubliez Rain Man, s'il-vous-plait !

Ne vous fiez pas à ce que véhiculent les films, séries TV et les médias. Si vous pensez être sur le spectre, n'ayez pas peur de cette éventualité. L'autisme est un neurotype, pas un dysfonctionnement.

Et à vos lecteurs neurotypiques : si vous souhaitez mieux comprendre les autistes, demandez-nous. Car comme l'a très bien résumé Michael J. Fox : les vrais experts d'une condition sont les personnes qui la vivent.


Zoom sur le livre

"Suis-je Asperger ? Suis-je autiste ?"


De nombreuses personnes ont l'impression de venir d'une autre planète. Elles ont du mal à comprendre les gens et à être comprises. Elles se sentent régulièrement submergées par leurs sens, leurs émotions et leurs pensées.


En réalité, elles sont probablement neurodifférentes...


Le livre "Et si VOUS étiez autiste ?" d'Anne Cossé apporte un regard différent sur l'autisme en montrant, de l'intérieur, toutes les facettes de ce spectre méconnu.
Les adultes autistes Asperger qui témoignent ici ont suivi le même chemin que les lecteurs.trices. Ils expliquent comment ils ont compris et confirmé qu'ils sont autistes.
Une situation que connait bien Anne Cossé : à 53 ans, l'auteure a découvert que sa différence, qu'elle a vécue toute sa vie, à un nom : l'autisme Asperger. Cette révélation fut une joie et un soulagement intenses.


A travers ce livre, consacré au partage et aux affinités, elle veut aider tous les adultes atypiques à déterminer qui ils sont. L'auteure alimente également un blog sur l'autisme positif : www.louvejoyeuse.com.

L'autisme n'est pas un trouble mais une différence enrichissante


Stop aux idées reçues ! Il est temps de tordre le cou à certains clichés qui ont la vie dure : non, l'autisme n'est pas une maladie, ni un dysfonctionnement et encore moins une déficience.


Comme la couleur de peau ou l'orientation sexuelle, il s'agit d'une simple différence, une variation normale de la neurologie (on parle de neurotype).
C'est le paradigme de la neurodiversité. Il n'y a pas de troubles, juste de la diversité. Les autistes n'ont donc pas besoin d'être guéris, puisqu'ils ne sont pas malades. Ils communiquent autrement, pensent autrement... et c'est tant mieux !


En ayant une vision différente du monde, ils contribuent à le développer et à l'enrichir. Savez-vous par exemple que Steve Jobs était très probablement autiste Asperger. C'est ce qui lui a permis d'explorer d'autres champs des possibles et d'apporter des innovations incroyables...


Mais comment savoir si on est autiste ? Ou si un proche l'est ? En levant le voile sur la réalité de l'autisme, Anne Cossé signe un livre qui est réellement à mettre entre toutes les mains.


D'abord parce qu'il y a encore aujourd'hui trop d'adultes atypiques, HQI ou non, qui se sentent des extra-terrestres et souffrent de ne pas savoir pourquoi.
Ensuite parce qu'un grand nombre de personnes sont concernées par l'autisme (famille, amis, voisins, collègues, professeurs, éducateurs, médecins, etc) et cherchent à comprendre ce qu'est le spectre, de l'intérieur. Une démarche qui va leur permettre de mieux comprendre et vivre en harmonie avec leur proche autiste.
Un livre qui donne la parole aux vrais experts : les autistes


"Et si VOUS étiez autiste ?" n'est pas un énième livre écrit par un.e neurotypique (= personne non autiste) qui croit s'y connaître en autisme.
Anne Cossé est autiste Asperger. Elle connait l'autisme pour le vivre de l'intérieur. Elle s'est posé les mêmes questions que tous ceux & celles qui ont le sentiment d'être à part, puisqu'elle n'a été officiellement identifiée qu'il y a 4 ans.


Et pourtant, même si à partir de ce moment là elle s'est passionnée pour ce sujet, elle n'a pas voulu faire un livre autour de sa personne.


Parce qu'elle est trilingue et en contact avec des autistes du monde entier, y compris les associations avant-gardistes sur le sujet, Anne Cossé a choisi de proposer une analyse à 360°, qui dépasse le cadre de la France. Construite et étoffée, elle repose sur des témoignages multiples, issus de nombreux pays et de personnes d'âges différents.


Une approche résolument novatrice car curieusement, presque personne ne pose de questions aux autistes. Habituellement, les neurotypiques réfléchissent et débattent entre eux, en excluant la parole des principaux intéressés.


Or, pendant ce temps, de nombreux autistes ne sont pas identifiés. Ils sont livrés à eux-mêmes, luttant au quotidien, naviguant dans un monde qui leur semble étrange et souvent hostile.


"Le meilleur moyen de comprendre une condition, c'est de demander aux personnes qui la vivent au quotidien !"
Anne Cossé

Pour en savoir plus

Découvrir le livre : https://www.louvejoyeuse.com/et-si-vous-etiez-autiste/

Le blog de l'autisme positif : https://www.louvejoyeuse.com



Sommaire

• Introduction
• Vocabulaire
• Les témoignages

o Erin
o Ginevra
o Tina
o Caitlin
o Susan
o Kim
o Constance
o Michel
o Kayla
o Lilith
o Emily
o Kelebek
o Lucinda
o Hanna
o Tammy
o Dominique

• Genre, vie affective et sexuelle
• Synesthésie
• La fin d'un questionnement
• L'Île et le Pont
• Merci



FERMER